Merci de vous connecter ou de vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session

Auteur Sujet: Actualité Aérospatiale Internationale  (Lu 582 fois)

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Capitaine Renard

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2317
Actualité Aérospatiale Internationale
« le: 18 juillet 2021 à 18:40:38 »

Le milliardaire Richard Branson a accompli son rêve d'espace

Le milliardaire Richard Branson a réussi son pari: après avoir passé sa vie entière à en rêver, le Britannique a atteint l'espace dimanche à bord d'un vaisseau de l'entreprise Virgin Galactic, qu'il a fondée il y a 17 ans, et promis le début d'une "nouvelle ère spatiale".

Il a ainsi ravi à Jeff Bezos le titre de premier milliardaire à faire ce spectaculaire voyage grâce à l'engin d'une entreprise qu'il a lui-même créée.

C'est "une expérience unique dans une vie", a-t-il décrit alors qu'il était encore à bord du vaisseau VSS Unity, en train de revenir vers la base de Spaceport America, dans le désert du Nouveau-Mexique.

"J'ai rêvé de ce moment depuis tout petit, mais rien ne pouvait me préparer à la vue de la Terre depuis l'espace", a-t-il ajouté après son vol. "Nous sommes à l'avant-garde d'une nouvelle ère spatiale", a-t-il lancé.

Outre Richard Branson, deux pilotes et trois autres passagers -- des employés de Virgin Galactic -- se trouvaient à bord.

A quelque 15 kilomètres d'altitude, le vaisseau s'est détaché de son avion porteur et a entamé une ascension supersonique, jusqu'à dépasser les 80 km d'altitude -- la hauteur fixée aux Etats-Unis pour la frontière de l'espace.

Durant quelques minutes, les passagers ont pu se détacher de leur siège pour flotter en apesanteur et admirer la courbure de la Terre depuis l'un des grands hublots de la cabine.

Après un pic à 86 kilomètres d'altitude, le vaisseau est redescendu en planant jusqu'à se poser sur la piste qu'il avait quittée une heure plus tôt.

Durant le vol, le rôle officiel de Richard Branson, qui cultive de longue date son image de tête brûlée, était de tester et évaluer l'expérience que vivront les futurs clients.

Une fois de retour sur Terre, l'excentrique septuagénaire a embrassé ses petits enfants et célébré son nouveau statut d'astronaute sur une scène, arrosant l'assistance de champagne.


suite & source : >> Le milliardaire Richard Branson a accompli son rêve d'espace (lepoint.fr)
IP archivée

Capitaine Renard

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2317
Re : Actualité Aérospatiale Internationale
« Réponse #1 le: 29 août 2021 à 14:35:43 »

Les exoplanètes les plus prometteuses pour rechercher de la vie

Si on espère trouver des preuves de vie sur une exoplanète, mieux vaut chercher d'abord une planète semblable à la Terre. C'est ce que vous pensez ? Et bien des astronomes soulignent aujourd'hui qu'il pourrait être bien plus simple de se tourner vers un autre groupe d'exoplanètes. Ils en font la description.


Lorsque les astronomes ont commencé à se demander sur lesquelles parmi les milliers d'exoplanètes déjà découvertes et les millions encore à découvrir ils pourraient trouver des formes de vie, ils ont tout de suite pensé à se tourner vers les planètes semblables à la Terre, des exoterres. Par la taille, par la masse, par la température de surface ou encore par la composition de leur atmosphère. C'est somme toute plutôt logique.

Mais des chercheurs de l’université de Cambridge (Royaume-Uni) suggèrent aujourd'hui que d'autres exoplanètes pourraient être encore plus prometteuses. Des planètes plus grosses et plus chaudes que la notre, recouvertes d'océans et entourées d'une atmosphère riche en hydrogène. Des planètes plus nombreuses et faciles à observer que les exoterres. Les astronomes précisent également que de telles exoplanètes pourraient toujours soutenir la vie, même si elles se trouvaient en dehors de la zone habitable traditionnellement définie pour une Terre 2.0.

Rappelons que la plupart des exoplanètes découvertes à ce jour présentent justement une taille comprise entre celle de la Terre et celle de Neptune. Les chercheurs parlent de super-Terres ou de mini-Neptunes. Et par le passé, des études ont montré que la pression et la température sur ses planètes à l'atmosphère riche en hydrogène seraient trop élevées pour permettre le développement de la vie. Mais de récents travaux sur un cas particulier, celui de la mini-Neptune K2-18b, ont semé le trouble. Poussant les astronomes à définir la gamme complète des propriétés -- des planètes et de leurs étoiles -- pour lesquelles les conditions nécessaires à l'émergence de la vie pourraient être réunies.



suite & source : >> Les exoplanètes les plus prometteuses pour rechercher de la vie (futura-sciences.com)

IP archivée

Capitaine Renard

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2317
Re : Actualité Aérospatiale Internationale
« Réponse #2 le: 08 septembre 2021 à 17:45:15 »

Chine : Créer des vaisseaux spatiaux de plusieurs kilomètres de large, le nouveau projet de Pékin

Ces vaisseaux spatiaux géants pourraient accueillir des stations solaires mais aussi des humains à long terme

La Chine a des projets pour l’espace. La National Natural Science Foundation of China (NSFC), une agence scientifique fédérale chinoise, a dévoilé un nouveau plan pour le prochain quinquennal pour l’ espace. Dans ce document envoyé au gouvernement, la NSFC évoque le « besoin urgent » de développer des « méga-projets dans l’espace », rapporte Siècle Digital.

Il s’agirait d’envoyer des humains dans l’espace et de bâtir également des vaisseaux spatiaux inédits. La NSFC propose ainsi de fabriquer des vaisseaux spatiaux hyper-larges pouvant couvrir plusieurs kilomètres et qui embarqueraient des centrales solaires. Pour cela, la NSFC recommande la création de composants légers. Ces derniers pourront être lancés séparément et assemblés ensuite une fois en orbite.


suite & source : >> Chine : Créer des vaisseaux spatiaux de plusieurs kilomètres de large, le nouveau projet de Pékin (20minutes.fr)



IP archivée

Capitaine Renard

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2317
Re : Actualité Aérospatiale Internationale
« Réponse #3 le: 08 septembre 2021 à 17:52:30 »

Rappel concernant le programme spatial chinois en date du 30 avril 2021 :

La Chine lance le premier module de sa future station spatiale

Il s’agit du premier des trois éléments de l’ambitieux projet de Pékin qui devrait lui permettre, à partir de 2022, de disposer d’astronautes en permanence dans l’espace.

Nommée en anglais par son acronyme CSS – China Space Station, « Station spatiale chinoise » –, elle évoluera en orbite terrestre basse (entre 340 et 450 km d’altitude) et ressemblera à l’ancienne station russe Mir (1986-2001). Sa durée de vie prévue sera de dix à quinze ans. Elle devrait peser au total plus de 90 tonnes. A titre de comparaison, elle sera environ trois fois plus petite que la Station spatiale internationale (ISS) dans laquelle se trouve actuellement l’astronaute français Thomas Pesquet.

La CSS, dont le nom chinois est Tiangong (« Palais céleste »), cohabitera en orbite autour de la Terre avec l’ISS – laquelle devrait être opérationnelle encore plusieurs années. D’une longueur de 16,6 mètres et d’un diamètre de 4,2 mètres, le module Tianhe, qui sera la partie centrale de la CSS, sera le lieu de vie des astronautes et le centre de contrôle de la station.


suite & source : >> La Chine lance le premier module de sa future station spatiale (lemonde.fr)(30 avril 2021)

IP archivée

Capitaine Renard

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2317
Re : Actualité Aérospatiale Internationale
« Réponse #4 le: 14 septembre 2021 à 18:19:06 »

Spatial: l'Allemagne veut-elle faire cavalier seul avec un site de lancement off shore en Mer du Nord?

Des industriels allemands présentent un projet pour lancer des petits satellites depuis un navire en mer du Nord. Ils demandent le soutien financier de Berlin. Présenté comme complémentaire à Kourou, il pourrait devenir un sérieux concurrent à l'Europe spatiale.

"De la mer du Nord à l'espace: l'aube d'une nouvelle ère dans l'espace européen". Le BDI (Bundesverband der Deutschen Industrie, Fédération des industries allemandes) ne cache pas son rêve de voir se concrétiser ce projet ambitieux: un navire de lancement de petites fusées qui opérera en Mer du Nord allemande depuis Bremerhaven, un port situé à quelques kilomètres à l'ouest d'Hambourg. Les industriels comptent démarrer en 2023.

Pour le moment, rien n'est fait et encore moins décidé. Ce projet vient de recevoir le feu vert pour réaliser une étude de faisabilité. L'Allemagne espère ainsi ouvrir une nouvelle porte d'entrée vers l'espace. Le programme est opéré par le Gosa (German Offshore Spaceport Alliance), un consortium composé de quatre fabricants européens de fusées. Deux Allemands, Rocket Factory Augsburg (RFA) et HyImpulse, un néerlandais, T-Minus, et le Britannique, Skyrora. Lors d'un évènement organisé par le BDI, le ministre fédéral de l'Économie Peter Altmaier et le coordinateur aérospatial du gouvernement fédéral, Thomas Jarzombek, étaient présents pour cette étape majeure.


suite & source : >> Spatial: l'Allemagne veut-elle faire cavalier seul avec un site de lancement off shore en Mer du Nord? (bfmtv.com)

IP archivée

Capitaine Renard

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2317
Re : Actualité Aérospatiale Internationale
« Réponse #5 le: 02 octobre 2021 à 21:17:02 »

Un documentaire du groupe Connaissance du Monde qui mise sur l'esthétique des images de synthèse et qui récapitule les dernières découvertes scientifiques sur les planètes du système solaire à travers les programmes spatiaux les plus connus :



Mondes » / Connaissance du Monde - 2020]

Etonnant à quel point chaque planète est tout à fait spécifique et différente des autres ...
IP archivée

Capitaine Renard

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2317
Re : Actualité Aérospatiale Internationale
« Réponse #6 le: 14 novembre 2021 à 16:49:51 »

Lanceurs réutilisables et vols habités: l'Europe spatiale cherche la bonne orbite

Concurrencé par la Chine, ringardisé par SpaceX, le secteur spatial européen parie sur les lanceurs réutilisables et un programme de vol habité. Mais sans véritable impulsion politique, le redécollage sera très difficile.

L'Europe assiste impuissante aux levées de fonds monumentales des start-up américaines du New Space (Rocket Lab, Virgin Orbit, Astra…). La valorisation combinée de la douzaine d'acteurs entrés au Nasdaq ces derniers mois atteint 27 milliards de dollars. Quant au projet de constellation souveraine de satellites télécoms lancé par le commissaire européen au Marché intérieur Thierry Breton, il n'en est qu'au stade des études préliminaires, alors que SpaceX a déjà placé 1.700 satellites de son projet Starlink en orbite, et la start-up OneWeb, 348. "L'Europe commence à réinvestir, mais l'effort est loin de celui des Etats-Unis, de la Chine ou de l'Inde", résume Arthur Sauzay, auteur de plusieurs rapports sur la question pour l'Institut Montaigne.

Compétition intra-européenne

Pour ne rien arranger, l'Europe doit aussi composer avec la résurgence d'un certain nationalisme spatial. L'Allemagne, sous le pilotage du coordinateur du gouvernement pour les affaires spatiales Thomas Jarzombek, pousse résolument les projets de microlanceurs de ses start-up Isar Aerospace ou RFA. "Berlin veut absolument son drapeau sur un lanceur, face à la fusée italienne Vega et une Ariane 6 ressentie comme trop française, résume un industriel. Pour l'instant, ce n'est que sur le segment des microlanceurs, mais il ne faut pas se voiler la face. Berlin veut se faire la main pour développer des lanceurs plus grands et s'imposer comme maître d'œuvre potentiel pour une Ariane 7." L'Allemagne soutient même un improbable projet de pas de tir flottant en mer du Nord :

Le ministre de l'Economie Peter Altmaier a annoncé que le gouvernement fédéral financerait la moitié de l'étude de faisabilité du projet… qui concurrencerait le site de Kourou.

L'Italie n'est pas en reste: sous l'impulsion de son industriel Avio, elle pousse à une nouvelle version de Vega, Vega-E, qui pourrait empiéter sur les platebandes d'Ariane 6. Dans un rapport paru en 2019, le Sénat estimait que neuf missions institutionnelles pourraient être chipées par Vega-E au lanceur lourd européen.

Même la France semble se convertir à cette compétition intra-européenne. Lors de la présentation du plan France 2030 le 12 octobre, le président Macron a fixé un objectif clair à l'industrie française. Développer un minilanceur réutilisable d'ici à 2026. Ce dernier devrait s'appuyer sur le démonstrateur Themis, doté du nouveau moteur à bas coût Prometheus, qui va entamer ses tests au sol ces prochaines semaines sur le site d'ArianeGroup à Vernon (Eure).

"L'objectif de 2026 est à l'évidence une réponse à l'Allemagne",traduit un dirigeant du secteur."Le message, c'est :

Vous voulez de la concurrence? Très bien, on participe, et que le meilleur gagne."


suite & source : >> L'Europe spatiale cherche la bonne orbite (challenges.fr)


« Modifié: 14 novembre 2021 à 17:11:46 par Capitaine Renard »
IP archivée

Capitaine Renard

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2317
Re : Actualité Aérospatiale Internationale
« Réponse #7 le: 14 novembre 2021 à 16:54:58 »

Note :

L'Agence spatiale européenne (ESA) bien que financée à hauteur de un quart par l'Union Européenne ne dépend pas juridiquement de cette dernière. Il s'agit d'une coopération internationale sans rapport avec l'UE sinon pour cette part de financement. Des pays membres de l'UE n'ont aucune participation au sein du projet. Des pays tiers, hors de l'UE, participent au projet comme la Norvège, le Royaume-Uni, la Suisse et le Canada.

>> Agence spatiale européenne (ESA) (wikipedia.org)

IP archivée

Capitaine Renard

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2317
Re : Actualité Aérospatiale Internationale
« Réponse #8 le: 14 novembre 2021 à 17:06:00 »

IP archivée

Capitaine Renard

  • ***
  • Hors ligne Hors ligne
  • Messages: 2317
Re : Actualité Aérospatiale Internationale
« Réponse #9 le: 11 septembre 2022 à 01:35:58 »

EN IMAGES. Espace : découvrez les plus belles photos capturées par le télescope spatial James Webb

Au fil des semaines, le télescope le plus puissant du monde dévoile des images de galaxies et de nébuleuses qui n'avaient jamais été observées avec tant de précision.

Il doit permettre de mieux comprendre "l'histoire de la création stellaire". Lancé dans l'espace fin 2021 et opérationnel depuis juillet, le télescope James Webb a révélé au fil des semaines d'impressionnants clichés de Jupiter, de nébuleuses et de galaxies lointaines, fournissant aux scientifiques quantité de données inédites à analyser. Né d'une collaboration entre les agences spatiales américaine, européenne et canadienne, le télescope James Webb est le plus puissant du monde. Il mène ses observations à 1,5 million de kilomètres de la Terre.




Obtenu grâce à NiRcam, un instrument de James Webb qui observe l'infrarouge proche (un champ invisible à l'œil nu), ce cliché montre les anneaux très fins de Jupiter. On discerne également des aurores, sur les pôles de la planète la plus massive du système solaire, ainsi que deux de ses lunes, Amalthée et Adrastée. (NASA, ESA, CSA, Jupiter ERS Team; image processing by Ricardo Hueso (UPV/EHU) and Judy Schmidt)


suite des images & source : >> EN IMAGES. Espace : découvrez les plus belles photos capturées par le télescope spatial James Webb (francetvinfo.fr)

« Modifié: 11 septembre 2022 à 01:47:38 par Capitaine Renard »
IP archivée